logo SEL

Actualités

2017/05/07 - SEL a écrit aux candidats à la Présidence de la République

Pendant la campagne présidentielle, SEL a écrit à différents candidats le texte cité ci-dessous. Tous ne nous ont pas répondu. Cependant, nous avons établi un contact que nous espérons constructif avec l'équipe du nouveau Président de la République, E. Macron.

Voici pour information le texte que nous avions envoyé :

L’Association SEL a été créée en 1992 pour lutter contre l’affaiblissement de l’enseignement de la langue et de la littérature résultant d’une suite de réformes menées avec acharnement et cohérence par les gouvernements de droite comme de gauche. Un exemple récent illustrant cet acharnement et cette cohérence : Luc Châtel supprime le CAPES de Lettres classiques et Najat Vallaud Belkacem supprime ces disciplines des programmes du collège !

Convaincus que l’avenir de la démocratie est étroitement lié à l’avenir de l’École et que, comme l’ont démontré en leur temps R. Boudon et M. Cherkaoui, la rigueur de la sélection scolaire avantage paradoxalement les élèves issus des milieux modestes, les membres de SEL souhaitent obtenir des candidats à l’élection présidentielle des engagements clairs sur les points suivants :

- Réaffirmer que la transmission du savoir est la mission principale de l’école, et restaurer l’autorité statutaire de ceux qui en ont la charge.

- Abroger la réforme du collège, qui retire plus de 500 heures de cours aux élèves sur le parcours 6e-3e.

- Rétablir dans le primaire, le collège et le lycée les heures d’enseignement du français perdues au fil des réformes.

- Recentrer l’enseignement primaire sur l’apprentissage de la lecture (par la méthode syllabique), l’écriture (par la maîtrise de l’orthographe, de la syntaxe et l’apprentissage du vocabulaire) et le calcul (maîtrise des 4 opérations, apprentissage des unités, formation à la logique, etc.).

- Recréer un CAPES de Lettres classiques avec des épreuves spécifiques de latin et grec et rendre à ces disciplines leur statut d’options.

- Considérer l’informatique comme un outil et non comme un remède miracle.

- Renvoyer devant des classes les 2/3 des 'permanents du ministère de l’Éducation.

- Réformer le corps de l’Inspection générale en prévoyant des détachements de durée limitée dans ce corps (5 ans par exemple).

Ainsi pourra-t-on espérer mettre fin à cet 'échec organisé' (Antoine Prost) de l’institution scolaire qui ne cesse de diminuer le nombre des jours de classe au profit des industries des loisirs et du tourisme et rendre l’'école de la République' à sa mission fondamentale, 'la promotion de tous et la sélection des meilleurs' ( Paul Langevin).

<< Actualité précédente
Résultats du concours !
Actualité suivante >>
Des nouvelles du concours !